Carrion Comfort: une critique rapide

Je suis un fan absolu de Dan Simmons; ses romans de Science Fiction, comme Hyperion, ses œuvres gothiques, comme Drood montrent une maîtrise exceptionnelle de tous les genres littéraires, et une culture encyclopédique peu commune.
J’ai donc attaqué Carrion Comfort avec la certitude que je serais encore ravi, d’autant plus que Stephen King considérait ce roman comme le chef d’oeuvre de l’épouvante.
Je suis déçu ! Il y a effectivement de belles choses sur l’ Amérique, le racisme, la Shoah, mais le livre souffre de son découpage en deux parties qui se suivent, certes, mais de façon très artificielle. Autant la première partie vous tient en haleine, vous envoûte, autant la deuxième est peu intéressante, à tel point que j’ai envisagé d’interrompre ma lecture.
Un bilan en demi- teinte donc, mais qui ne doit pas vous dissuader de lire les premières œuvres citées…

Laisser un commentaire