Se réapproprier la machine

Ce que l’on appelle de manière générale l’Informatique est un tout : une machine (avec CPU(s), RAM, disque(s) soit un ordinateur ou un Smartphone), un système d’exploitation (Windows, Unix, Z/os, Linux, Os X, iOS, Android) et des logiciels (comme un outil de traitement de texte, un serveur web, une app de réservation de VTC, …). Il n’est pas inutile de rappeler ces fondamentaux a l’heure d’Internet et de sa revolution (réseaux sociaux, cloud computing, …).

Plus on développe des outils mainstream et faciles d’utilisation plus on n’oublie les bases des systèmes informatiques. On oublie l’infrastructure : on sait que l’on peut partager émotions, photos, stocker des données a distance mais on ne sait pas comment cela fonctionne derriere (« je sais juste que c’est dans le cloud, le reste je n’en sais rien et je m’en fiche tant que cela marche » ). Cette reflexion m’est venue a l’esprit en discutant avec mon ami Yann un soir de Mai. Nous envisagions le développement d’une petite entreprise qui livrerait des sites internet et des programmes Excel clef en main de façon a aider des PME et des TPE sur des fonctions basiques mais qui prennent un temps fou pour une mauvaise productivité. Cet aspect clef en main vise à faciliter le travail mais aussi à simplifier l’approche de l’outil informatique et ainsi qui entraine un effort moindre (car vécu comme contraignant) en terme de compréhension. C’est une bonne démarche néanmoins elle limite les possibilités offertes de maitriser un peu plus les ordinateurs.

Je pense qu’un des enjeux de l’avenir sera la connaissance des machines en tant que système total car intervenant dans bien des aspects de la vie des gens. Il faut voir que les règlements sur le traitement des données personnelles, les logiciels via interface web (comme les gestionnaires d’emails ou les réseaux sociaux) ont paradoxalement rendus incultes les utilisateurs. Plus l’outil est accessible en terme de prise en main plus il éloigne les gens de la technique. Il y a certes une objection pouvant être formulée : la generation née au debut des années 2000 maîtrise bien mieux les outils informatiques et sera peut être une génération « technicienne ».

Voire … En tout cas ma conviction profonde est qu’il va falloir se réapproprier l’infrastructure technique pour éviter d’être aliénés par les machines. Si nous ne le faisons pas, nous risquons de créer une élite de «sachants» qui pourra manipuler et les données personnelles et les personnes. Il y a actuellement deux pistes pour s’en sortir :

  • utiliser des substituts aux outils des grandes sociétés. Une initiative qui est celle de Framasoft (avec des logiciels proposés qui remplacent fonctionnalité par fonctionnalité ceux des grands groupes). Son problème principal est la méconnaissance des utilisateurs de cette alternative. En particulier le réseau social Diaspora est encore confidentiel et donc n’est pas une solution de remplacement de Facebook. Il faut donc participer a l’évangélisation
  • monter sa propre infrastructure : c’est celle que j’ai choisie. A l’heure actuelle j’ai un serveur tournant sous linux (gratuit) qui héberge un serveur web et une base de données (Nginx, php, MariaDB, tous gratuits), un webmail (un Gmail like qui peut envoyer et recevoir des mails avec comme solutions Postfix et Dovecot, gratuits), un cloud (avec Owncloud, gratuit), une suite bureautique Libreoffice (gratuit). Avec cela je couvre environ 90% de mes besoins en informatique. L’inconvenient est évidemment que peu de personnes auront le courage et surtout l’envie de mettre les mains dans le cambouis. De plus il n’existe pas de formation globale sur ces différents outils (j’entends un cours complet et simple d’utilisation, ainsi que transversal de façon a envisager toutes ces fonctions qui prises isolement ne montrent pas une vue d’ensemble)

Il faut noter que ces deux voies ne prennent pas en compte les smartphones qui sont aussi des boites noires pour les gens. Sachant que c’est deja une solution alternative a l’ordinateur, il faut former spécifiquement les gens au fonctionnement des applications. J’insiste : ne rien faire, se contenter d’utiliser Gmail, Facebook, … et rester ignorant du reste peut conduire a l’esclavage de l’individu. C’est deja le cas dans la forme d’addiction aux écrans de smartphones et PCs. Nous avons là une double alienation : emprise et ignorance. L’avenir de la planète est deja sombre en terme de climat (et l’infrastructure informatique y a une responsabilité), ne rajoutons pas la machine a nos problèmes.

Laisser un commentaire